Liens 14-18

chtimiste : historiques de régiments et de batailles en 14-18, photos de régiments, carnets de guerre

historiques de régiment : en format pdf, web ou papier

Mémoire des hommes : actes de décès des morts pour la France

forum pages 14-18

blog sur le 57e RI en 14-18 et blog sur le 60e RI, "l'As de coeur"

Bibliographie 57e RI

Journal de Marche des Opérations du 57e RI : 2 août 1914 - 26 janvier 1915

57ème régiment d'infanterie, Historique anonyme. Rochefort, Imprimerie Nobertine, 1921, 83 pages.

Le 57ème régiment d'infanterie pendant la Grande Guerre, Couraud et Ferron. Paris, Charles-Lavauzelle, 1925, 327 pages. extraits 23/08/1914.

Les carnets de route du sergent Dartigues,. M. Dartigues. Imp. U.F.I., 1989, 207 pages. extraits.

Lobbes Août 1914, Charles Clocherieux. fascicule, 19 pages.

Promenade Héroïque à Lobbes, Cercle de Recherches Archéologiques de Lobbes. livret " guide ", 36 pages.

Carnets d'un poilu Girondin, Maurice Vincent. Ysec, 2003, 95 pages. Il était au 123e RI, régiment accompagnant le 57e RI à la 35e Division d'Infanterie.

"les trous d'obus de Verdun", "le chemin des dames en feu", "l'agonie du Mont-Renaud", "Drame à Saconin", Georges Gaudy. chez Plon, 1921-1923.

Bibliographie 60e RI

Journal de Marche des Opérations : 28 janvier 1915 - 25 juillet 1916 et 26 juillet 1916 - 31 mai 1917

60ème régiment d'infanterie, Historique anonyme. Nancy, Berger-Levrault, sans date, 63 p.

60e Régiment d'Infanterie, Livre d'or. 172 pages. numérisé.

60e R.I., JMO d'octobre 1915 à avril 1917.

Verdun, Le premier choc à la 72e division, A. Grasset, Berger-Levrault, éditeurs, 1926, 231 pages. extraits 21-25/02/1916.

Les chasseurs de Driant, Association " Les chasseurs de Driant " et anciens du 59e B.C.P. 1959, 167 pages.

Ma dernière relève au bois des Caures, M. Stéphane. Paris, Cabinet du Pamphlétaire, 1929, 221 pages.

Lieutenant Morin. E. Morin, Cêtre, 2002, 336 pages. Au 60e RI jusqu'à sept 1915, puis au 42e RI.

Noms des personnes citées par Constant Vincent

Militaires au 57e RI

BARTHELEMY Lucien sergent du 57e RI probablement à la 7 compagnie (tué le 26/04/1917 à Craonnelle)

CAVAIGNAC Pierre sergent au 57e RI en 1914 (tué comme capitaine le 6/05/1917 à Vauclerc, Aisne)

COURAUD lieutenant, puis capitaine au 57e RI

DURAND sergent (24 septembre 1915), tué en octobre 1915

GEORGES Louis adjudant au 57e RI, 7e compagnie, chef de la 3e section. tué le 15/09/1914 à La Ville-aux-Bois (Aisne)

JADEAU Ferdinand au 57e RI en 1914 (soldat mort au 123e RI suite à ses blessures de guerre le 22/10/1916 au château de Verneuil, Aisne)

LAGIRE commandant au 57e RI blessé le 23/08/1914

MILLET sergent au 57e RI blessé à la Ville-aux-Bois revenu en renfort le 9/11/14. Il fut tué quelques temps après. Il habitait Bordeaux.

TERRADOR (probalement TERRACOL) sergent major au 57e RI blessé à la poitrine le 23/08/1914, tué comme lieutenant en 1915 dans l'Aisne (un seul mort pour la France comme sous-lieutenant : Louis TERRACOL 327e RI 19e compagnie tué le 7/08/1916 à la tranchée Comte au bois Etoilé, Somme)

TIELLE de Mortagne blessé à la retraite de la Marne, revenu le 9/11/14 en renfort au 57e RI

RICHARD Clodomir arrivé du 257e RI, probablement passé au 57e RI en 1915

RONDEAU Léon du 57e RI blessé le 28/08/1914 à Guise (passé comme Constant au 60e RI, prisonnier comme sergent vers le 23/02/1916 vers le Bois des Caures, mort de maladie en captivité le 31/03/1916 à Cassel Viederzwehren, Allemagne. Il habitait à Jazennes, Charente-Maritime)

SEGUIN Abel soldat au 57e RI, 7e compagnie. tué le 12/10/1914 à Craonne (moulin du Vauclerc), il habitait à Gémozac

SORIET commandant major au 57e RI prisonnier le 14/09/1914 à Corbény, rapatrié peu après

TRIAUD Pierre au 57e RI, commandant du 2e bataillon, nommé le jour même de sa mort. tué le 15/09/1914 à La Ville-aux-Bois (Aisne)

Militaires au 60e RI

ADAM sergent au 60e RI, 5e compagnie

BERTHON 60e RI, peut-être 5e compagnie

BERTIN 60e RI, peut-être 5e compagnie

BOIVIN lieutenant, capitaine au 60e RI commandant la 5e compagnie blessé le 23/02/1916, revenu le 22/08/1916

CAEYLA sergent au 60e RI, 5e compagnie, prisonnier le 4/04/1917 au Godat

CAHEN du 60e RI, sergent de la 5e compagnie, puis sous-lieutenant dans une autre compagnie

CAROUGET sergent au 60e RI, 5e compagnie

CATELON sous-lieutenant au 60e RI chef de la 4e section de la 5e compagnie, évacué pour maladie au mois de septembre 1916, a reçu la médaille militaire et s'est tué au dépôt divisionnaire en montant à cheval, père de famille

DAVID Lucien sergent au 60e RI, 5e compagnie, peut-être originaire de Sourzac près de Mussidan, Dordogne (cité sur le cahier et sur 2 cartes postales)

EYRAUD Baptistin sergent au 60e RI, 5e compagnie (venu du 112e RI). mort (suite à ses blessures) le 4/04/1917 au Godat

GAIDE aspirant au 60e RI, 5e compagnie, prisonnier le 4/04/1917 au Godat

GAUDRON soldat au 60e RI, 5e compagnie, tué le 4/04/1917 au Godat

LIMOGES Jean Louis tué suite blessures bombardement le 9 novembre 1915 à Cuperly Marne (né le 27/11/1894 à Maillet, Allier)

MINAUD sous-lieutenant au 60e RI, 5e compagnie, prisonnier le 4/04/1917 au Godat

NICOLOT sergent au 60e RI, 5e compagnie, prisonnier le 4/04/1917 au Godat

RIAND 60 e RI tué par bombardement le 7 novembre 1915 (Marne)

RONDEAU Léon (voir dans les militaires du 57e RI)

SCHMIT sous-lieutenant au 60e RI commandant la 5e compagnie à partir du 23/02/1916

VIENEY lieutenant au 60e RI, 5e compagnie

VILLARD sergent au 60e RI, 5e compagnie, prisonnier le 4/04/1917 au Godat

Autres militaires

AUBERT Marius au 42e RI en 1917

BAILLY Léon, beau-frère de Constant, militaire

BEZIAS camp de Souges en 1915 peut-être au 57e RI (carte postale)

BOURON Gaston de Cravans, Charente-Maritime. soldat tué le 7/04/1915 à Régneville (carte postale)

BRETON (fils) de Bellair décédé vers octobre 1915

BRÉMAUD Auguste ami de Constant, militaire présent à Neuville-au-Pont mi décembre 1916

CASILE sergent, blessé en 1917 hospitalisé à Gimont, Gers , hôpital n°40 (2 cartes postales)

CONTE Ferdinand marie d'Yvonne RABOT décédé vers octobre 1915

DAGUISÉ de la commune d'Antigny (Vendée) 24ème d'Artillerie (réserve). Rencontré le 01/08/1915

DUBAIL Général

DURET A. (carte postale de l'hôpital St Jacques à Besançon début 1917)

GAUTIER Raoul de Saintes, Charente-Maritime. soldat du 123e RI tué le 17/01/1915 au combat de Tronjon, Aisne (carte postale)

GODARD Louis au 58e Régiment d'Artillerie en septembre 1914

GUIOT Jean blessé à Verdun évacué à Bar sur Aube (carte postale)

H Joseph à Laval en 1916 ou 1917

HARISSON Colonel

HARRAS blessé en 1917 hospitalisé à Gimont, Gers. Peut-être originaire de Villefranche-Lauragais (carte postale)

HEBERT Georges lieutenant de vaisseau, inventeur de la méthode de gymnastique Hébert

HUBERT Général, ancien colonel du 123e RI, commission de réforme à Rochefort-sur-Mer en 1918

LAVIE probablement passé en 1917 par l'hôpital de Gimont, Gers. versé dans l'auxiliaire (carte postale)

LERABLE de Charente-Maritime, en perm au 30/05/1917 (carte postale)

LHEUREUX E au 6e RI 32e compagnie à Saintes en 1915 (carte postale)

MAÎTRE Adrien au 58e Régiment d'Artillerie en septembre 1914

MELE A. (ou MELLE) du 146e RI, blessé hospitalisé à Gimont en 1917, Gers (carte postale)

MESPOULET Elie, blessé en 1917 hospitalisé à Gimont, Gers, et Toulouse, Haute-Garonne hôpital n°92, puis Bordeaux hôpital complémentaire 35 (2 cartes postales)

MIGNONNEAU sergent en 1917 (carte postale)

MOREAU Edouard blessé ou malade fin 1917, probablement originaire de Grézac, Charente-Maritime (carte postale)

PHILIPPEAU Général de la 14e Division d'infanterie

PIERRON Général de la 70e Brigade

PONS soldat, blessé en 1917 hospitalisé à Gimont, Gers (carte postale)

PRICET Marcel blessé en 1914 et hospitalisé à Brest, hôpital auxiliaire n°104 (carte postale)

PUTEN capitaine grièvement blessé lors d'exercice de grenades le 7/09/1915 au plateau de Malzéville

REMBERT Paul en perm en Charente-Maritime le 7/07/1917 (carte postale)

RENAULT 127e RI probablement passé en 1917 par l'hôpital de Gimont, Gers, puis à l'hôpital n°114 de Rennes (carte postale)

RIBARD C. sergent E.A. 4e compagnie peut-être du 57e RI élève à St Maixent en 1915 (carte postale)

RIFFEAU Léon 212ème RI, du "pays", rencontré le 17 septembre 1915

SARRAT blessé en 1917 hospitalisé à Gimont, Gers

VILLAUROIS fils brancardier au 123ème RI

VINCENT Alphonse, frère de Constant, engagé aux Dardanelles et à Salonique au 7e RIC

VINCENT Henri frère de Constant, militaire blessé en 1915

Personnel soignants et civils

ARTAGNAN famille de Gimont, Gers (carte postale)

BAUDIN Eugénie

CHOUC Germaine

DAGUERRE ami de Constant, peut-être militaire (carte postale de Bayonne)

ERICET Marc

FOUCAUD médecin chef à l'hôpital militaire de Rochefort-sur-Mer en 1917

GONDRE chirurgien à Gimont, Gers

LEDANTEC professeur à l'hôpital militaire de Rochefort-sur-Mer en 1917

MAILHE Philomène soeur infirmière à Gimont, Gers (carte postale)

Marie-Josephe soeur infirmière à Gimont, Gers

PATOUR Emile, parti à Saintes le 22/05/1917 peut-être pour l'armée (carte postale)

PEYNE mademoiselle infirmière à Gimont, Gers

PINARD famille à Suzanne, Marne

ROBERT médecin chef à l'hôpital militaire de Rochefort-sur-Mer en 1918, dans le civil docteur à Saint-Fort-sur-Gironde

SOUC major au 58e RAC en 1914, dans le civil docteur à Gémozac, Charente-Maritime

VINCENT Pierre, oncle de Constant

Registre militaire de Constant VINCENT

Archives départementales de Charente-Maritime

N° matricule du recrutement : 1090

VINCENT Constant Valentin né le 27 décembre 1892 à Saint-Maurice-des-Noues, canton de la Châtaigneraie, Vendée, de Henri VINCENT et Marie BRIFFAUD.

Caractéristiques physiques :

Cheveux : châtains clairs. Yeux : marrons. Front : moyen. Visage : rond. Nez : rectiligne gros. Taille : 1 mètre 60.

Inscrit sous le n°88 de la liste du canton de Gémozac.

Classé dans la 1ère partie de la liste en 1913.

Affectations : 57e RI matricule 5253 60e RI matricule 13917

Localités habitées : La Coudenerie ; Cravans 27/01/37 (Résidence) ; Rioux 17/12/37 (Résidence)

Campagne d'Allemagne du 2 août 1914 au 29 janvier 1918. Blessé le … par éclats d'obus.

Incorporé le 10 octobre 1913.

Soldat 2e classe. Caporal 21 octobre 1914. Passé au 60e RI à compter du ... Arrivé au corps et caporal le … Proposé pour la réforme temporaire n°1 par la Commission de réforme de Saintes du 29 janvier 1918 avec gratification de 30% 6e Ce pour : " Limitation des mouvements de l'épaule gauche et du coude, suite de blessures par éclats d'obus ". Maintenu proposé réformé temporairement n°1 par la Commission de réforme de Saintes du 30 avril 1918 (loi du 17 août 1915). Admis à la réforme temporaire n°1 avec gratification de 400 F par décision ministérielle du 2 octobre 1918 n°78164 14/s95 n° cc.200.449. Réforme temporaire n°1 renouvelée gratification de 30% 6e Ce par la Commission de réforme de Saintes du 3 avril 1919.

Réformé définitivement n°1 proposé pour 1 pension temporaire de 35% par la Commission de réforme de Saintes du 15 janvier 1920 pour la limitation des mouvements de l'épaule gauche (m passif). Limitation de l'extension du coude à 165 °. Atrophie de l'épaule du bras et de l'avant-bras. Maintenu réformé définitivement n°1 proposé pour 1 pension permanente de 45% par la Commission de réforme de Bordeaux du 23 janvier 1922 pour une impotence fonctionnelle partielle du membre supérieur gauche avec résection du 1/3 externe de la clavicule et perte de substance musculaire recouverte par une cicatrice. Par arrêté ministériel en date du 28 novembre 1922 il a été concédé une pension de 1107 francs à l'intéressé avec jouissance du 29 janvier 1922.

 

Statistiques du site

Cahier de guerre 1914

1917-1918